URGENT : offre de volontariat Service Civique à KIEV en Ukraine

l’Assemblée Européenne des Citoyens recrute de toute urgence un.e volontaire pour le programme d’échanges Echanges et Partenariats dans le cadre du Service Civique au sein de l’association ukrainienne Visual culture Research Center.

Les délais sont très courts, la formation à Paris débutant le 1er décembre et le départ en Ukraine étant prévu début janvier 2017.

toutes les informations sont dans la fiche de poste ci-jointe Appelacandidatures19_aec_ukraine-def

pour infos les sites internet des partenaires

Le blog des volontaires: http://emi-cfd.com/echanges-partenariats/

Le site de l’AEC: http://www.aechca.fr/

page facebook  https://www.facebook.com/Assemblée-européenne-des-Citoyens-AEC-1395293160691256/?fref=ts

Le site de VCRC: http://vcrc.org.ua/en/

Guerres, militarisation, sécurité humaine: module de l’AEC à l’UEMSSI Besançon 6-9 juillet 2016

UEMSSI 4

L’AEC a animé un module pendant l’Université d’été des mouvements sociaux et de la solidarité internationale qui s’est tenue  à Besançon du 6 au 9 juillet. vous pouvez trouver ici le dossier préparatoire.

Pendant trois matinées, nous avons cherché à comprendre les mécanismes de conflits, les facteurs qui alimentent les mécanismes de dislocations et de « nouvelles guerres », les politiques militaires et les stratégies des grandes et moyennes puissances, le développement des armes et le rôle des industries d’armements et du complexe « militaro-sécuritaire », en faisant appel à des spécialistes et à des citoyen.ne.s engagé.e.s sur leur terrain.

Les aspects militaires et géopolitiques généraux ont alimenté le premier jour de l’atelier avec les interventions de Ben Cramer et Bernard Dréano, illustrés par le cas de l’Arabie Saoudite et de la Libye.

Ensuite, nous avons choisi d’illustrer par les cas français et turc la question des mécanismes de construction d’« images de l’ennemi ».  Almamy Kanouté, militant associatif à Fresnes et Engin Sustam, universitaire de Turquie, signataire de la pétitions « Academics for peace« , ont évoqué leurs expériences et leurs analyses sur l’ennemi intérieur.

UEMSS 2

Enfin le troisième jour a été consacré à l’analyse de deux cas de conflits actuels, l’Ukraine et la Syrie. Au delà de l’analyse de ces conflits très complexes, tant dans leurs logiques internes que dans les jeux d’influences extérieures qu’ils mettent au jour, ils constituent aussi des « cas difficiles » du point de vue de la solidarité et provoquent débats et conflits y compris au sein des mouvements Les mouvements de solidarité internationale.

UEMSSI 1

Le Mouvement de la Paix, partenaire du module, a présenté le congrès du Bureau international de la Paix «Désarmer ! Pour un climat de paix » qui se tiendra à Berlin en septembre.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont assisté à tout ou partie de ces trois demi-journées et à bientôt pour d’autres rendez-vous !

N’hésitez pas à laisser sur le site vos coordonnées ou à écrire à aec@reseau-ipam.org

L’équipe de l’AEC

Séminaire de l’AEC à Kiev : « Les personnes déplacées en Ukraine : après l’urgence, quelles perspectives ? »

Les 2 et 3 avril derniers, l’Assemblée européenne des citoyens a organisé à Kiev un séminaire sur les problématiques soulevées par le phénomène de déplacement massif de population. Ce séminaire a été réalisé en partenariat avec les associations ukrainiennes de la « Maison des gens libres » (Vostok-SOS, Crimea-SOS, Nouveau Donbass et le Centre pour l’emploi des gens libres), toutes dédiées à l’aide aux personnes déplacées.

Les associations ukrainiennes venant en aide aux déplacés se trouvent dans un moment charnière. Beaucoup se sont formées dans les premiers mois de la guerre dans l’est de l’Ukraine et après l’annexion de la Crimée pour répondre à l’urgence en fournissant de l’aide humanitaire et en mettant en place des « hot-lines ». Aujourd’hui, si la guerre n’est pas finie, l’urgence n’est plus la même et les associations cherchent à inscrire leur action dans une vision à plus long terme. Parmi les défis suscités par les déplacés internes dans le pays, on compte notamment leur intégration dans les communautés d’accueil, l’adaptation du cadre juridique, l’attribution de droits et la garantie des droits existants.

L’Assemblée européenne des citoyens a proposé de mettre en lien ces associations ukrainiennes et les partenaires de son réseau familiers des problématiques du déplacement interne de population au travers de l’organisation de ce séminaire. Le but était de favoriser l’échange d’expérience, d’offrir un espace de dialogue entre des acteurs ukrainiens faisant face aux mêmes difficultés et de mettre en œuvre la solidarité des sociétés civiles.

Le programme du séminaire : Programme séminaire AEC

L’Assemblée européenne des citoyens a invité des intervenants de Serbie, Géorgie et France :

– Iulia Kharashvili, responsable de l’association de femmes déplacées « Consent » en Géorgie. Elle possède une grande expérience dans la résolution des questions induites par les déplacements internes de population et a notamment travaillé au sein du Ministère géorgien des réfugiés et de la réinstallation.

– Sinisa Volarović de l’association serbe « Groupe 484 » travaillant sur les personnes déplacées et les politiques publiques les concernant, et également très engagée sur les thématiques d’éducation et de sensibilisation des jeunes.

– Juan Boggino et Diana Kolnikoff, psychologues clinicien-psychanalystes de l’association TRACES travaillant sur la réhabilitation des victimes de conflit et de répression politique.

– Alexandra Koulaeva, responsable de la section Europe de l’Est et Asie centrale
de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme.

P60402-173953

Les participants ukrainiens étaient membres d’associations travaillant directement avec les déplacés internes, que cela soit à Kiev, Kharkhiv, Lviv, Oujhorod, Dnipropetrovsk, Khramatorsk… Ils étaient une trentaine.

P4030044

Les discussions ont permis d’aborder les questions juridiques, sociales et psychologiques touchant les déplacés. La thématique de l’Histoire comme cause de conflit a également été développée, grâce notamment à l’intervention d’un membre de l’association ukrainienne des professeurs d’Histoire. Cela a ouvert les échanges sur l’éducation et les écoles, à la fois dans l’est et dans le reste de l’Ukraine.

A la fin des deux jours, les participants ont élaboré des recommandations et commencé à envisager les possibles formes d’une collaboration future.

Recommandations séminaire AEC

P4030047

Patriotic Hypermarket de Milena Bogavac & Jeton Neziraj

patriotic

Traduit de l’albanais et du serbe par Karine Samardžija, avec la collaboration d’Arben Bajraktaraj
Préface de Bernard Dréano 

Patriotic Hypermarket est composé de vingt-sept instantanés, dans lesquels apparaissent une vingtaine de personnages/témoins. Il n’est pas question ici d’un récit linéaire, mais de fragments d’histoires personnelles enchevêtrés à la grande Histoire. Les différents témoignages nous plongent dans une rétrospective des événements de 1989 à 1999, ce qui confère au texte son caractère documentaire. Les personnages, des anonymes, des petites gens parfois dépossédées de leur nom, sont issus de la réalité d’un nouvel état qui se construit sur un champ de ruines. Ils sont tour à tour victimes, bourreaux, témoins et acteurs d’une société en transition. Et les scènes de racisme qui rythment leur quotidien ne vont pas sans nous rappeler les maux de nos sociétés occidentales.

Jeton Neziraj et Milena Bogavac écrivent un théâtre qui a un intérêt tant par sa force, par les interrogations scéniques qu’il pose, que par le portrait de l’humain qui y est fait. Dans une langue poétique et rythmée, l’homme y apparaît, certes, marqué au plus profond de son intimité par la décomposition de son univers. Mais dans le portrait qui est fait de lui, même si l’angoisse règne, une pulsion de vie prend le dessus.
Oeuvre recommandée par Eurodram, réseau européen de traduction théâtrale, traduite et publiée aux éditions l’Espace d’un instant à l’initiative de la Maison d’Europe et d’Orient, avec le soutien du Centre national du Livre et du ministère de la Culture et de l’Information de la république de Serbie.

ISBN 978-2-915037-85-2 / 15 euros / 96 pages