23-24 mai Atelier de recherche international 1968 – 2018 : Pratiques militantes d’Est en Ouest

 

Atelier de recherche international
1968 – 2018 : Pratiques militantes d’Est en Ouest

Paris, 23-24 mai 2018

Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

L’expérience de « 68 », dont on commémore cette année les 50 ans, loin de se réduire au mai français, a suscité ou s’est articulée avec de multiples courants politiques, sociaux, culturels, qui ont irrigué durablement les pratiques sociales, politiques et militantes, produit des solidarités et des circulations dans d’autres espaces. “Vu du Sud”, les contestations étudiantes dans les ex-colonies françaises ont alimenté des pratiques durables et diverses de solidarité internationale. “Vu de l’Est”, la référence à 68 renvoie avant tout au rassemblement des dissidents soviétiques le 25 août de cette même année à Moscou en soutien au printemps de Prague. Plus largement, dans les pays communistes et post-communistes, 68 évoque les événements de Prague et les mobilisations étudiantes de Yougoslavie. Au-delà des divergences idéologiques manifestes, celles-ci et celles là ont peut-être plus en commun qu’il n’y paraît.

Cinquante ans plus tard, que reste-t-il de ces références plurielles ? Comment les pratiques militantes contemporaines s’inscrivent-elles en continuité ou en rupture avec ces histoires, singulières mais aussi partagées ? L’atelier de recherche international “1968 – 2018 : Pratiques militantes d’Est en Ouest” souhaite constituer un lieu de débat et de réflexion entre chercheurs et militants français, russes, ukrainiens et est-européens pour comprendre comment articuler les expériences de 68 et les nombreuses pratiques militantes en cours aujourd’hui.

Coordinateurs: Alexander Bikbov (EHESS), Olga Bronnikova (ILCEA4, Université Grenoble Alpes), Françoise Daucé (Cercec, EHESS), Anne le Huérou (Paris Nanterre, ISP), Bella Ostromooukhova (Université Paris Sorbonne, Eur’Orbem), Perrine Poupin (CEMS, EHESS), Stefanie Prezioso (Université de Lausanne)

Sources : Wikipedia Commons; Banner from the Demonstration supporting the Prague spring
on the Red Square in Moscow, August 25, 1968; Slogan of supporters of Alexander Dubček Prague, 1968, BG A62/819 (from Het Vrije Volk collection)
Mercredi 23 mai 2018

13h30-14h Introduction :

  • Alexander Bikbov, EHESS.  « Les nouvelles « petites » formes de la mobilisation en Russie, après la période des manifestations de masse »

 

14h-16h00 / Session 1 : Contourner les interdits et  la répression

Modératrice : Françoise Daucé, CERCEC-EHESS

Intervenants :

  • Alexeï Gaskarov, ville de Joukovski, région de Moscou. « Activisme urbain, militantisme antifasciste et tactique anti-répressives des mouvements de gauche russes »
  • Antony Pregnolato, Université de Nanterre, ISP. « Résistance aux violences policières en France »
  • Olga Miriassova, Institut de Sociologie, Académie des Sciences de Russie, Moscou, « Syndicats indépendants et groupes de solidarité en Russie: dépasser l’apathie »
  • Ian B. militant, « L’antiterrorisme comme mode de répression des militants et des réfugiés politiques »

16h30h-18h30 / Session 2 : Le militantisme après et dans l’émigration, diasporas et solidarités

Modératrice : Anne Le Huérou, Université Paris Nanterre, ISP

Intervenants :

  • Hanna Perekhoda, Université de Lausanne, « Solidarités. Militer depuis l’étranger ? »
  • Inna Omarova, association Singa. « Expérience d’exil et lutte pour les droits des réfugiés »
  • Perrine Poupin, EHESS, CEMS. « La révolution ukrainienne de 2013-2014 et sa perception par les milieux militants à l’Est et à l’Ouest »
  • Marko Bojcun, NY University, Londres, « Ukrainian socialists in diaspora and West-East solidarity »

 

Jeudi 24 mai 2018

9h30-12h30 / Session 3 : Pratiques militantes dans les luttes locales

Modératrice : Bella Ostromooukhova, Eur’Orbem, Paris Sorbonne

Intervenants :

  • Elena Russakova, députée municipale à Moscou. « Luttes pour l’espace et l’auto-gestion, dans la capitale russe »
  • Maxim Osadchuk et Iryna Zrobok, militants autonomes, Lviv, Ukraine. « La constitution d’une communauté militante par des pratiques quotidiennes d’activisme local »
  • Daria Serenko, Moscou, coordinatrice du “Tikhij Piket”. « Tikhij Piket (“rassemblement silencieux”) : une stratégie de contournement d’un espace public répressif »
  • Julien Talpin, Université de Lille2, CERAPS, « Les luttes urbaines en France et l’héritage de mai 68 »

12h30-14h : pause
14h00-16h  / Session 4 : L’après 68 entre culture et politique

Modératrice : Olga Bronnikova, ILCEA4, Université Grenoble Alpes

Intervenants :

  • Nicholas Ciuferri, enseignant, écrivain, performer, Italie. « Bologna Spring ’77, in between creativity and violence »
  • Aleksandra Sekulic, Centre de décontamination culturelle, Belgrade. « La culturalisation des revendications politiques après le 68 étudiant en Yougoslavie et la mémorialisation de l’euphorie »
  • Natalia Smolianskaya, RGGU, Moscou.  » Rejouer Mai 68 : les enjeux des mobilisations et des réflexions critiques en Russie post-soviétique »

16h-18h  / Session 5 : Les mobilisations critiques en France et en Europe : l’héritage de Mai 68
Intervenants :

  • Jean Batou, professeur honoraire en histoire politique à la faculté des SSP à l’Université de Lausanne, à propos de son ouvrage Nos années 68 dans le cerveau du monstre
  • Jean-Yves Potel, écrivain, historien spécialiste de l’Europe centrale. « Quel militantisme après 1968 ? Parallèles Est-Ouest »

Discutants : Yves Cohen, CRH-EHESS & Boris Gobille, ENS Lyon

Inscription obligatoire auprès de Bella Ostromooukhova ostrob@gmail.com